Cakes, Muffins, Brownies...·Goûters

Une madeleine qui ne pourrait que ravir Proust …

Dans la catégorie des douceurs régressives, il y en a une qui prend sans aucun doute la première place.

Il s’agit bien entendu de «  l’indémodable madeleine », qui a l’heure du goûter ravira le palais des grands comme des petits.

Je suis donc partie comme d’habitude à la recherche de « la recette » qui me permettrait de retrouver ce sentiment de bien être dés la première bouchée.

J’ai testé plusieurs recettes mais celle qui a retenu mon attention est celle de l’incontournable Christophe Michalak.

C’est la recette parfaite qui vous plongera dans un monde de douceur mais qui à la fois réveillera le petit diablotin qui se cache en vous tellement elles sont exquises.

Vous vous surprendrez à cacher quelques madeleines pour pouvoir les déguster tranquillement en cachette .

Alors sans plus attendre voici la fameuse recette.

Dans la recette initiale, il est indiqué que l’on peut faire une vingtaine de madeleine.
Je pense qu’ils doivent avoir des moules de compétition car dans mes moules j’ai pu en faire le double.

Ce qui vous comprendrez très vite ne m’a aucunement dérangé.

Il vous faudra :

95 g de lait
250 g de sucre semoule
1 gousse de vanille
Des zestes de citron vert et jaune (une pièce de chaque)
315 g de farine
345 g de beurre
250 g d’œuf
12,5 g de levure chimique

Réalisation:

Il faut savoir que la réussite d’une belle madeleine c’est-à-dire avec une belle bosse est dû à un choc thermique entre une pâte bien froide et un four très chaud.

Alors la patience est de rigueur mais elle sera récompensée.

Respecter ces deux conditions et vous aurez la madeleine parfaite.

La première faire la pâte à madeleine la veille.

La deuxième, après une longue nuit d’attente préchauffez votre four à 200 degrés, beurrez et farinez vos moules.

Voilà vous savez tout et êtes prêt pour réaliser cette fameuse pâte à madeleine.
Commencez par faire fondre les 345 g de beurre et réservez.

Ensuite,  prélevez les zestes des citrons et les graines de la gousse de vanille que vous déposerez dans le sucre. Laissez infusez minimum 10 minutes.



Vous pouvez le faire à l’avance, retenez l’idée pour parfumer votre sucre.

Mélangez sans trop insister les 250 g d’œuf, les zestes, les 95 g de lait, les graines de la gousse de vanille et les 250 g de sucre.

Ajoutez au mélange précédent le beurre fondu mais surtout pas chaud et mélangez.

Enfin, incorporez les 315 g de farine et les 12,5 g de levure que vous aurez pris soin de tamiser.

On tamise toujours la farine et la levure cela évite le formation de grumeaux.


Encore une fois mélangez sans trop insister.

Ca y est votre pâte est prête !!!

Direction le frigo pour une nuit de repos. Le lendemain vote pâte a épaissi et elle est bien froide.

Versez  ou pochez à l’aide d’une poche à douille pour les plus téméraires une noix de pâte dans vos moules beurrés et farinés.

Enfournez dans votre four très chaud (200 degrés) et l’éteindre.

Rallumez le lorsqu’une superbe bosse s’est formée.

Terminez la cuisson à 160 degrés.

À la sortie du four mettre sur grille pour que vos madeleines refroidissent.

NB:

Pour les plus gourmands vous pouvez les recouvrir d’une délicieuse coque en chocolat ou les  agrémenter de pépites de chocolat.

2 réflexions au sujet de « Une madeleine qui ne pourrait que ravir Proust … »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s